Angers Clotilde Millet / 06.59.61.07.41 /  lespetitsviolonsdanjou@gmail.com

Biographie du professeur Suzuki

           Shinichi Suzuki (en japonais 鈴木 鎮一 Suzuki Shin-ichi), né le 17 octobre 1898 à Nagoya et décédé le 26 janvier 1998, est un violoniste et pédagogue japonais.

          Son père, violoniste et luthier, est le fondateur de la première usine de violons du Japon. Shinichi Suzuki ne commence pourtant pas avant 17 ans à apprendre le violon. De 1921 à 1928, il est l'élève de Karl Klingler à la Hochschule für Musik de Berlin. C'est là qu'il put rencontrer non seulement de grandes personnalités musicales mais aussi le Dr. Albert Einstein, Albert Schweitzer, Alexander Kaufmann, Adolf Busch et d'autres encore, qui enrichirent sa connaissance de la culture européenne. C'est en Allemagne aussi qu'il rencontra madame Waltraud, qui allait devenir sa femme.

A son retour au Japon en 1930, Suzuki occupa pendant plusieurs années la chaire de professeur au Conservatoire Impérial de Tokyo, où il appliqua la méthode traditionnelle. Il joua un rôle primordial de propagateur de la musique occidentale au Japon, tant par ses prestations solistes, qu'en tant que chambriste. Ce n'est qu'en 1931 qu'il fut confronté au problème de l'éducation musicale des petits enfants.

Un jour, son ami Toshiya Eto le sollicita de donner cours de violon à son fils âgé de quatre ans. Il nous le raconte dans son livre " Vivre c'est aimer " :

" Le père me demanda d'enseigner le violon à son fils. A cette époque-là, j'ignorais complètement comment entraîner un enfant aussi jeune, et me demandais ce que je pourrais bien lui apprendre. Je n'avais aucune expérience en la matière… J'y songeais du matin au soir… Un jour, j'eus comme une soudaine illumination : tiens, tous les enfants japonais parlent japonais ! Cette constatation me fit l'effet d'une lumière qui brille dans les ténèbres… En effet, tous les enfants de quelque pays qu'ils soient bénéficient d'une donnée éducative parfaite : leur langue maternelle. Pourquoi ne pas l'appliquer à d'autres facultés ? "

A partir de cette " illumination ", (tous les enfants japonais parlent japonais), Suzuki s'est longuement interrogé. Pourquoi ne pas calquer la manière dont une mère apprend à parler à son enfant pour mettre au point une méthode naturelle d'éducation musicale des jeunes enfants ? Ils feraient de la musique naturellement et sans accent, sans passer par des cours de grammaire (=solfège), juste par imprégnation et imitation. Son intuition toute simple était révolutionnaire dans le monde de la pédagogie musicale.

 

La deuxième guerre mondiale a malheureusement interrompu ses recherches. En 1945, il devint professeur au Talent Education Institute de Matsumoto. Il y appliqua ses vues personnelles d'enseignement : donner aux jeunes enfants la joie de vivre par la musique. Il a rapidement été connu et très estimé au Japon puis aux Etats-Unis, de nombreux professeurs se sont mis à son école. De son vivant, des milliers d'enfants ont pu développer leur sensibilité musicale et artistique grâce à ce précurseur.

Décédé à la veille de ses cent ans, il avait acquis une réputation mondiale et une autorité incontournable. Il a de plus apporté l'amour de la vérité, de la beauté, de la vertu à des centaines de milliers d'enfants. Sa pédagogie est maintenant largement répandue sur tous les continents.

Pour en savoir plus, vous pouvez aller sur la page du site national consacré à sa vie et sa pédagogie.

Il a aussi écrit un livre où il expose la philosophie de vie qui l'a conduit à sa pédagogie : "Vivre c'est aimer".

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now